FAQ

Questions fréquentes

L’agri-photovoltaïque, ou agri-PV, est un procédé de production d’électricité solaire sur des terres agricoles, qui permet également de produire des denrées alimentaires ou des aliments pour animaux. Cette forme encore jeune de production d’énergie renouvelable supprime la concurrence croissante en matière de terres entre l’agriculture et l’industrie énergétique. Elle apporte ainsi une contribution importante à la protection du climat et à la sécurité alimentaire. Parallèlement, l’Agri-PV renforce les agriculteurs en leur offrant une possibilité de revenus supplémentaires grâce à la production d’électricité verte.

Une double récolte donc, mais qui présente un autre avantage important : grâce à la couverture partielle des cultures, la récolte est mieux protégée contre les chaleurs excessives, les fortes pluies, la grêle et le gel. C’est surtout pour les cultures sensibles comme les baies que cette protection supplémentaire se fait sentir dans la perspective du changement climatique, alors que pour beaucoup d’autres, il a même été possible d’obtenir un rendement supplémentaire.

Dans le cas de l’agri-PV, une terre arable de valeur reste toujours une surface agricole, mais qui génère un deuxième revenu sous forme d’électricité. C’est la différence essentielle avec une PV au sol, qui ne permet pas une double utilisation : sous une PV au sol, il n’est plus possible de pratiquer l’agriculture. Une autre caractéristique distinctive est la suppression de la réaffectation du sol en surface commerciale. Cela facilite l’obtention des autorisations et offre également des avantages fiscaux. L’agri-PV représente ainsi un élément important pour l’extension de 80% du photovoltaïque prévue dans les années à venir, car les surfaces disponibles pour le photovoltaïque classique au sol se font déjà rares.

Avec nos installations, nous ne scellons pas le sol, car nous utilisons une technique brevetée : le Spinnanker. Cette ossature permet d’ériger l’installation sans avoir à creuser de fondations en béton dans le sol. Alors qu’une perte de surface de 15 % est autorisée pour les modules montés en hauteur, notre concept d’installation se contente de 8 à 10 % seulement grâce à cette technologie. Un avantage également pour la biodiversité, car nous pouvons compenser une grande partie de ces surfaces par des bandes fleuries.

Les agriculteurs doivent assurer notre alimentation de manière aussi optimale que possible, tandis que nous voulons en même temps produire de l’électricité verte. En permettant les deux sur la même surface, nos installations photovoltaïques permettent de produire non pas moins, mais plus de denrées alimentaires. Parce que moins de surface est perdue pour la production d’énergie. En tant que valeur ajoutée, nous protégeons l’agriculture contre les pertes de récoltes causées par le changement climatique. Il en résulte une situation gagnant-gagnant entre la sécurité alimentaire et l’économie énergétique.

Les plantes ne sont jamais complètement recouvertes, de sorte que le rendement peut en principe être contrôlé par le degré d’ombrage. En raison de son potentiel élevé, l’agri-PV fait l’objet de nombreuses études dans le monde entier afin de pouvoir en tirer des conclusions à long terme. En Allemagne, c’est l’Institut Frauenhofer qui s’en occupe, avec lequel nous avons des échanges étroits.

Les modules bifaciaux, c’est-à-dire en verre et en verre translucide, tels que nous les utilisons, ont particulièrement fait leurs preuves pour une gestion homogène de la lumière et un rendement énergétique élevé. Pour les plantes tolérantes à l’ombre, comme les pommes de terre ou les épinards, on a même pu observer une augmentation du rendement. Même les cultures fruitières sensibles s’accommodent bien de l’Agri-PV, qui protège en outre les récoltes contre les dommages causés par la chaleur et d’autres événements météorologiques extrêmes, comme il s’en produit désormais de plus en plus souvent chez nous.

Le concept de nos types d’installations a été développé en étroite collaboration avec des agriculteurs et des cercles de machines. Si une portée de 12 mètres avait été choisie pour notre première installation pilote, l’expérience a montré que cette portée n’était suffisante que pour les petites exploitations. Pour la nouvelle version, nous avons opté pour une largeur de passage de 18 mètres et une hauteur de passage de 6 mètres. Cela permet d’utiliser la plupart des gros équipements agricoles conventionnels.

AgroSolar Europe se concentre sur l’agri-PV et nous constatons l’étendue des connaissances nécessaires pour combiner l’agriculture et l’énergie solaire. C’est pourquoi nous voulons nous concentrer. Néanmoins, nos installations permettent également de couvrir des places de parking. Mais c’est notre associé Hilber Solar, qui a 30 ans d’expérience sur le marché, qui s’en charge.

En ce qui concerne la couverture des autoroutes, de nombreux aspects de sécurité et de pratique doivent encore être pris en considération et font actuellement l’objet d’études. Celles-ci vont des scénarios possibles de collision de véhicules aux questions d’entretien ou de déneigement. Au-delà d’une longueur de 80 m, les structures porteuses seraient en outre assimilées à des tunnels, ce qui impliquerait que la construction réponde à des exigences de sécurité plus élevées, ce qui renchérirait les coûts. Mais nous gardons aussi cela à l’esprit avec notre partenaire Hilber Solar.

Nous soutenons le développement conséquent de la technologie solaire. Cela signifie que nous sommes également favorables à l’extension conséquente des surfaces de toitures équipées de la technologie solaire. Le gouvernement fédéral veut développer le photovoltaïque de 80 pour cent d’ici 2030 pour atteindre 200 gigawatts. Tous les toits ne sont pas adaptés au développement du solaire, tout comme toutes les surfaces agricoles ne sont pas adaptées à l’agri PV. C’est pourquoi il faut un mélange de toutes les possibilités solaires. AgroSolar Europe s’est spécialisée dans le domaine de l’agri PV afin de pouvoir apporter sa contribution à la transition énergétique.